• +243810273303
  • info@cmcirdc.org
  • cmci.kauka
Dimanche 12 Juillet 2020.
Visiteurs : 677849
Aujourd'hui : 1078
En ligne : 3

Pure CSS / CSS3 News Tickers
Articles en Promotion
QUATRE RAISONS POUR UNE REPENTANCE URGENTE
Trs Important
Articles à lire

Toujours Coincé à la Maison? Que le Seigneur Soit Votre Joie! (Z.T. Fomum)   Toujours Coincé à la Maison? Que le Seigneur Soit Votre Joie! (Z.T. Fomum)
21/5/2020 @ 12:06


COMPTE RENDU DU 9ÈME JOUR DE LA CMK2019   COMPTE RENDU DU 9ÈME JOUR DE LA CMK2019
18/12/2019 @ 20:49


Un mariage réussi I (Page 5)   Un mariage réussi I (Page 5)
9/9/2014 @ 14:00


Un mariage réussi I (Page 4)   Un mariage réussi I (Page 4)
9/9/2014 @ 14:04


COMPTE RENDU DU 3ÈME JOUR DE LA CM KOUME 2019   COMPTE RENDU DU 3ÈME JOUR DE LA CM KOUME 2019
18/12/2019 @ 17:59

Vidéo-ExclusivitéL'Evangile par l'Internet

Jésus sauve aujourd'hui!

Le Témoignage de Conversion de WATCHMAN NDINTEH

Merci de recommander cet article à un ami!!

Votre Nom :

Votre E-mail :

Son Nom :

Son E-mail :

Sujet : Un article à voir absolument

Une ide sur le message :
Salut "son nom",

Voici un article super à lire absolument :
www.cmcirdc.org/?p=article&i=104

A bientôt!

"Votre nom"

Ma mère était déjà une chrétienne née de nouveau qui avait fait de Jésus Christ son Seigneur et Sauveur lorsque je suis né le 7 mai 1975. J'avais donc été exposé dès ma tendre enfance à la claire prédication de l'évangile du salut que Dieu offre à l'homme à travers Jésus Christ. À l'âge de cinq ans, j'allai vers ma mère et lui dit que je voulais devenir un enfant de Dieu. Elle me prêcha l'évangile de Jésus Christ, me disant qu'à cause de mes péchés, j'étais séparé de Dieu et que j'allais périr dans le lac de feu. Elle me dit combien le péché était mauvais et me demanda de confesser mes péchés. Je lui confessai le péché du vol des carottes dans son réfrigérateur et elle me conduisit à recevoir Jésus Christ dans mon coeur comme mon Seigneur et Sauveur. Du peu de souvenir que j'ai de cette période, Jésus Christ était tout pour moi. Je l'aimais juste. Je marchais avec lui et malgré que je fusse un enfant normal avec toutes les frasques d'un enfant, j'aimais Jésus. Sur le plan scolaire, je travaillais bien à l'école et j'étais souvent parmi les premiers de ma classe.

Notre leadeur spirituel m'adopta comme son fils et me donna les droits de ses enfants biologiques. C'était parce que mon père biologique vivait dans un autre pays et nous n'avions eu aucune nouvelle de lui ni ne savions de quel côté il se trouvait. J'allai pour ainsi dire vivre avec lui et entrai ainsi dans un environnement presque idéal pour mon progrès spirituel. J'entrai au collège. En sixième, j'obtins une bourse de 10 000 frs et l'apportai immédiatement à mon père qui l'éleva et la donna à Dieu. Spirituellement, je me portais bien et sur le plan scolaire, je travaillais bien. En troisième, je fus le premier de ma classe pendant deux trimestres et deuxième à l'autre trimestre. C'est alors que je rétrogradai dans mon coeur. Je me mis à convoiter le style de vie que je voyais mes camarades d'école mener. Dans mon coeur, je me mis à désirer le péché. Je me mis à avoir envie de relations sexuelles illicites. Je voulais avoir une petite amie comme mes camarades. Je me mis à vouloir être riche et populaire parmi mes camarades. Je rétrogradai dans ma relation avec Dieu. Je réalisai que je commençais à être troublé en présence d'un certain type de personnes. Ceux qui aimaient le Seigneur radicalement et totalement commencèrent à me troubler par leur présence. Je me mis à craindre la présence de mon père et évidemment, j'évitais tout contact avec lui, excepté ceux auxquels il n'était pas possible d'échapper.

Je changeai de compagnie. Je me souviens qu'un de mes amis qui n'était pas un croyant né de nouveau, mais qui m'admirait pour ma prise de position et mon zèle pour Dieu, me dit qu'il n'aimait pas ce que j'étais en train de devenir, et là sur le champ, un nouvel ami que j'avais commencé à me faire me dit qu'il aimait ce que j'étais en train de devenir. Ceci me troubla, mais mon coeur s'était déjà éloigné de Dieu, et je préférai la compagnie de cet ami qui approuvait ce que j'étais en train de devenir. Je demandai finalement à quitter la maison de mon père, car je voulais vivre où je serai libre de me lancer dans une vie loin de Dieu, parce qu'il n'était pas possible de vivre activement dans le péché en étant avec mon père.

Je dis à ma mère que je voulais quitter la maison de mon père adoptif. Je le lui demandai effectivement et je partis. Je me mis à élaborer des plans pour avoir de l'argent. Parce que je savais qu'on ne pouvait pas appartenir partiellement à Dieu et à ce monde, j'abandonnai totalement ce qui concernait Dieu. J'établis de nouveaux buts. Là où mes buts avaient été de faire tout pour Dieu, j'avais maintenant établi des buts pour ce qui est d'avoir de l'argent par tous les moyens possibles. Je savais qu'une petite religiosité me conduirait tout de même en enfer. Je décidai que j'allais poursuivre l'argent de toutes mes forces. Je décidai que je ne prétendrai d'aucune façon être bon. Je savais trop bien que sans une totale Seigneurie et un abandon total au Seigneur Jésus Christ, je devais aller dans le lac de feu. J'établis un but selon lequel je serai un homme riche à l'âge de vingt-deux ans. J'avais alors seize ans.

Je voulais faire dans la drogue et dans n'importe quelle chose qui me rendrait riche. Je commençai à sombrer spirituellement, sur le plan scolaire et moralement. Je devins un garçon très désordonné à l'école et cette même année là, je fus convoqué au conseil de discipline de l'école pour conduite rebelle. Ma performance chuta drastiquement. Ma mère me donna de l'argent pour constituer le dossier du 'O' Level (à peu près l'équivalent du BEPC) sur dix matières. Je constituai le dossier pour huit matières et dépensai le reste de l'argent. Dans ma convoitise de l'argent, je me mis à jouer de l'argent. Par la grâce de Dieu, je réussis au 'O' Level avec sept matières. J'allai au lycée et je sombrai plus profondément dans le péché.

Je me mis à désirer faire l'expérience de ce que c'était que d'avoir une petite amie, d'avoir des relations sexuelles avec des femmes. J'avais peur parce que je craignais les conséquences telles que des grossesses indésirées, des maladies vénériennes et la mort éventuellement. Je sombrai plus profondément dans les jeux d'argent. Ça nous arrivait de jouer de l'argent pendant douze heures non stop, oubliant de manger et boire. C'était très vite devenu pour moi un lien. Je ne pouvais m'empêcher de jouer de l'argent. Je me mis à dérober à ma mère et partout où je pouvais sans me faire attraper. Lorsqu'elle réalisa que je n'étais plus digne de confiance, elle se mit à fermer sa chambre à clé. Je cassai le plafond de la maison, j'entrai dans sa chambre et je volai de l'argent. C'était pour pouvoir financer mes habitudes pécheresses. Je mentis aux filles, particulièrement en leur promettant le mariage pour pouvoir les avoir comme mes petites amies. Je devins un élève désordonné à l'école et me retrouvai au conseil de discipline pour la deuxième fois en deux ans. J'étais devenu si terrible que le proviseur medit : « Nous n'allons pas te bastonner. Tes parents sont des chrétiens. Va pour qu'ils prient pour toi car maintenant, seules les prières peuvent t'aider. » J'étais désespéré et effrayé de ce que j'étais devenu au fil des années. Par les compassions de Dieu, je réussis pour entrer en Terminale. À ce point, je dois admettre que j'étais devenu totalement déçu à l'intérieur et totalement misérable. Sur le plan scolaire évidemment, j'avais chuté. J'avais tout juste été promu en Terminale. Je réussis tout juste.

En raison de ma frustration, je sombrai plus profondément dans les jeux d'argent. J'acquis le courage d'embrasser les filles et de caresser leurs corps mais j'avais peur d'aller plus loin. J'essayai de boire de la bière mais je trouvai que c'était amer et avait mauvais gout. J'abandonnai donc. Je me mis à boire du whisky et je fus pour un temps lié par cela. Mais je n'étais pas satisfait. J'essayai de fumer, mais j'étais trop conscient des risques pour la santé, et je dus abandonner. Je continuai à tricher, à mentir et à jouer de l'argent. Je dépensais de grosses sommes dans les jeux d'argent de manière à ne pas me concentrer sur le fait que j'étais en train de périr. Je poursuivis toujours mon but de gagner de l'argent par tous les moyens et je désirai maintenant commencer à faire le trafic de drogue, mais je n'y parvins pas. En Terminale, je fus une fois de plus conduit au conseil de discipline pour avoir joué de l'argent dans l'enceinte de l'école. Le proviseur me sanctionna d'une exclusion temporaire de cinq jours et me dit de venir avec mes parents au bout des cinq jours. Je m'y rendis avec ma mère et un frère de l'église qui était un enseignant dans ce lycée. Et le proviseur insulta ma mère, lui disant d'emmener son fils et de le ramener lorsqu'il aura décidé de d'arrêter de jouer de l'argent. Ce parce que le proviseur nous avait demandé durant le conseil de discipline si nous étions prêt à mettre fin au jeu d'argent, et que je dis que je ne pouvais pas arrêter parce que c'était comme de la drogue dans mon sang. Ma mère éclata en sanglot, et je me levai du bureau du proviseur et m'enfuis en courant. Je ne revins pas à la maison cette nuit-là mais j'allai plutôt jouer de l'argent jusqu'à 2 heures du matin.

Ma mère appela mon père et le tint informé. J'étais terrifié. C'était comme si elle m'avait tiré dessus lorsqu'elle me dit que mon père était en train de venir me voir. J'étais effrayé parce que je savais qu'il avait Dieu. Il vint et me dit d'écrire une lettre d'excuse au proviseur. À ce point, je n'étais plus au contrôle. Les jeux d'argent avaient pris possession de moi. Je ne pouvais m'empêcher de jouer. J'écrivis la lettre et, par les compassions de Dieu, je fus réadmis à l'école. Nous avons dès lors continué à jouer de l'argent en brousse. Je cessai d'aller en cours et pour toute cette année de Terminale, j'assistai à vingt cours au total. Environ un mois avant le baccalauréat, je décidai que je pourrais trouver quelque paix et tranquillité pour mon âme troublée en dansant. Je me rendis dans une boite de nuit et décidai de danser. Je dansai pendant cinq heures d'affilées. Je dansai et dansai et dansai et dansai. Quelque genre de music que l'on jouait, j'étais sur la piste en train de danser. Après ça je rentrai à la maison. Pendant que je m'allongeais sur mon lit, je découvris que j'étais vide, frustré et misérable. Et une petite voix me demanda : « C'est tout ? » Je savais que c'était le Saint-Esprit. Frustré, désespéré et lié par le péché, j'allai voir ma mère et lui dit que je voulais retourner chez mon père. Elle alla rapidement le lui dire. Au cours de la dévotion familiale, il dit à mes frères et soeurs que je voulais revenir à la maison. Ils acceptèrent avec joie. Je revins à la maison, mais je ne m'étais pas encore repenti. C'était environ trois semaines avant le Baccalauréat et je n'avais pas de cahiers, je n'avais assisté à aucun cours et je ne savais rien de ce qui devait se passer durant l'examen.

Papa nous envoya chez une tante dont la maison était calme pour que nous préparions le Baccalauréat. J'avais perdu l'espoir de réussir. Mon père me dit que Dieu était en train de me dire : « Donne-moi ton coeur et je te donnerai le Baccalauréat. » Dans cet état, j'hésitais toujours à abandonner la vie que j'avais menée parce que quelque part, je comprenais pleinement que je ne pouvais pas revenir à Jésus sans revenir à Lui rendre une complète obéissance de tout mon coeur et en toute chose sur une base quotidienne. J'hésitai donc de redonner mon coeur à Dieu. J'essayai de trouver un compromis où je pourrai avoir mon mot à dire sur les choix de ma vie, mais je savais au fond de moi qu'un tel état de choses n'a pas de place dans le royaume de Dieu. Je connaissais trop bien l'histoire du jeune homme riche. Ma mère m'aida à réviser avec mon petit frère qui était au même niveau que moi. Ils me firent répondre à plusieurs questions d'examen en utilisant les cours de mon petit frère.

Nous composâmes le Baccalauréat et commençâmes à attendre les résultats. Quelque part durant l'attente, je n'en pouvais plus et je dis à Dieu : « Je te donne mon coeur O Dieu ! De grâce, donne-moi le Baccalauréat. » Je dis à ma mère que je voulais me repentir. Elle me donna le livre intitulé « LA VRAIE REPENTANCE.» Je lus le livre en tout quatre fois. Dans le livre, l'auteur explique le chemin de retour à Dieu. Par souci de clarté, je vais expliquer chaque étape tel que je l'avais lu et comment cela m'avait affecté.

Dans le livre, l'auteur souligne sept étapes vers la vraie repentance, par opposition à la fausse repentance qui n'apporte aucun changement.
1. Il dit qu'il faut une connaissance du péché selon Dieu. C'est-à-dire qu'on doit voir et connaitre le péché tel que Dieu le connait. Puis il poursuivit en expliquant ce qu'est le péché. Ici, deux aspects touchèrent mon coeur. Le premier aspect est que je réalisai que tout péché était premièrement et avant tout contre Dieu. Et que Dieu est Le premier qui a souffert des péchés que j'ai commis. Il dit que le péché c'est enfoncer un couteau dans le coeur de Dieu. Ceci me frappa profondément. C'est pourquoi je vis, du moins en partie, l'horreur de ce que j'avais fait à Dieu par mon immoralité sexuelle, mes vols, ma tricherie, mon mensonge, mes vagabondages, ma rébellion, l'amour du monde, l'amour des choses qui sont dans le monde et mon asservissement à une vie où j'essayais de me gratifier moi-même. Ceci me causa un profond chagrin à l'intérieur et je pleurai amèrement devant Dieu pour mes péchés.
2. Il dit qu'il faut une tristesse selon Dieu à cause du péché. Ayant eut une vision momentanée de ce que le péché fait à Dieu, je fus profondément triste de ce que j'avais fait à Dieu et à l'homme. Ce qui me fit pleurer amèrement.
3. Il dit qu'on doit confesser le péché à Dieu en détail tel que Dieu le connait et que cette confession du péché selon Dieu signifie que tu confesses les péchés tels que Dieu les connait sans essayer de cacher aucun fait. Je me mis à confesser mes péchés à Dieu. J'écrivis dans un cahier tous les actes de péché dont je pouvais me souvenir. J'écrivis à mon père et lui confessai tous les péchés que j'avais commis. Après un certain temps, je me souvins davantage des péchés que j'avais commis et j'allai de nouveau auprès de lui et les lui confessai. Plus tard, je me rendis encore auprès de lui et lui confessai davantage de péchés avec plus de détails après les avoir confessés à Dieu. Je continuai de confesser les péchés tels que je m'en souvenais et au fur et à mesure qu'ils m'apparaissaient. Puis je confessai mes péchés à ceux contre qui je les avais commis. Je confessai à ma mère les choses que je lui avais dérobées : les draps, les rideaux, les appareils ménagers et l'argent. Je lui confessai les mensonges que je lui avais dits et les immoralités de ma vie. Je confessai à mes oncles et tantes à qui j'avais dérobé. Je confessai à mes frères et soeurs les vols que j'avais commis à leur encontre et mes autres péchés contre eux.
4. Puis il dit qu'il faut qu'il y ait un abandon du péché selon Dieu. Il doit y avoir une séparation de tout acte, toute compagnie et tout lieu de péché. J'écrivis immédiatement aux filles que j'appelais mes « petites amies » et leur dit : « Chère ennemie, la vie que nous avons eu à mener est une vie de péché devant Dieu, et c'est terminé aujourd'hui. S'il te plait, pardonne-moi car cette vie a également été un péché contre toi. La relation est terminée à partir de maintenant. Je t'exhorte à faire ce que j'ai fait et d'être en règle avec Dieu. » Je me séparai de mes amis avec lesquels j'avais l'habitude de jouer de l'argent et je n'allai plus jamais près des endroits où j'avais l'habitude de jouer. Je me séparai des amis avec lesquels j'avais l'habitude d'aller en boite de nuit et j'arrêtai de les voir. Je me fis de nouveaux amis qui marchaient avec Dieu.
5. Il dit qu'il faut une restitution pour les péchés commis. Il dit que la personne qui veut vraiment se repentir doit mettre en ordre ce qu'il avait gâché autant qu'il est humainement possible de le faire. Je fis une liste de personnes de qui j'avais volé et les montants que j'avais volés. Je confessai à ceux à qui j'avais fait du tort et leur remboursai ce que j'avais dérobé. Pour certains, je multipliai la somme par quatre et la leur remboursai. Jusqu'à présent, je n'ai pas encore totalement restitué J'ai encore la liste et je continue à prier afin que Dieu pourvoie aux moyens nécessaires pour que je restitue totalement. Pendant que j'étais en train de confesser à ma mère et de restituer, je lui dis que c'était pénible. Elle dit que ceux à qui j'avais fait du tort avait également été en peine quand je leur avais fait du tort. Je suppliai les filles à qui j'avais promis le mariage de me pardonner et de me libérer. Je priais continuellement pour elles pour qu'elles se marient et, par la miséricorde de Dieu, elles sont toutes mariées.
6. Puis il dit qu'ils doivent rechercher le pardon de Dieu. Je demandai alors au Seigneur de me pardonner et Il le fit.
7. Puis il dit qu'il faut rechercher la restauration dans le coeur de Dieu. Je demandai au Seigneur de me restaurer dans Son coeur. Je savais que Dieu n'était pas obligé ni de me pardonner, ni de me restaurer dans Son coeur. Je plaidai pour qu'Il me pardonne, me purifie et me restaure. Après cela, j'eus l'assurance d'avoir été pardonné et restauré.

Je me mis à nouveau à marcher avec Dieu. Dieu me bénit avec une merveilleuse épouse. Je suis doucement en train d'entrer dans une joie qui est au-delà de pulsion externes. C'est ainsi que j'en suis venu à connaitre Jésus.

COMMUNAUTÉ MISSIONNAIRE CHRÉTIENNE INTERNATIONALE
Siège International –  B.P. 385 Bertoua, Cameroun
Téléphone: +237 678770083, +237 695698836
E-mail: thespiritualadviser@cmfionline.org - www.cmfionline.org
Produit par CHRISTIAN PUBLISHING HOUSE
KOUME-BERTOUA, CAMEROUN.
NB: REPRODUCTION INTERDITE

Article à lire

Le Témoignage de Conversion de WATCHMAN NDINTEH

Ma mère était déjà une chrétienne née de nouveau qui avait fait de Jésus Christ son Seigneur et Sauveur lorsque je suis né le 7 mai 1975. J'avais donc été exposé dès ma tendre enfance à la claire prédication de l'évangile du salut que Dieu offre à l'homme à travers Jésus Christ.

Publicité

PUBLICIT
Aide spirituelle

Chat avec le Pasteur

E-mail :

Mot de passe :

S'Enregistrer
Mot de passe oublié

QUEL NOËL SANS JESUS ?   QUEL NOËL SANS JESUS ?
24/12/2018 @ 22:22


Toujours Coincé à la Maison? Que le Seigneur Soit Votre Joie! (Z.T. Fomum)   Toujours Coincé à la Maison? Que le Seigneur Soit Votre Joie! (Z.T. Fomum)
21/5/2020 @ 12:06


DELIVRANCE   DELIVRANCE
24/7/2015 @ 22:53


Programme de Lecture Biblique 4/4   Programme de Lecture Biblique 4/4
9/9/2014 @ 13:15


UNE BONNE FONDATION (A Good Foundation)   UNE BONNE FONDATION (A Good Foundation)
3/3/2015 @ 19:46


Le Témoignage de Conversion de WATCHMAN NDINTEH   Le Témoignage de Conversion de WATCHMAN NDINTEH
21/5/2020 @ 12:17


PLAIDOYER POUR LA PETITE MOITIE DU MONDE   PLAIDOYER POUR LA PETITE MOITIE DU MONDE
14/9/2017 @ 7:04


Newsletter

E-mail :
Galérie Photos

Consulter

Livre d'Or

Dernière signature :
Auteur :
djaha
Date 9/1/2020 @ 14:22
Message :
Bonsoir soyez béni pour le livre d'or que vous mettez a ma disposition.
Signer ou Consulter

Forum

Contribuer ou Consulter

Vote

Dans quel domaine de ma vie le Seigneur peut-il m'utiliser pour servir sa cause auprès des enfants?
Accueil ?
Club?
Education?
Aide sociale?
Lutte contre l'avortement?
Aide aux parents ?
Prière
Evangile
Finances
N'importe
Tous
Aucun